image 13 150x150 1

La voiture électrique est-elle vraiment écologique en 2022

Pourquoi une voiture électrique ?

vu aux problèmes que posent les transports notamment en termes d’ émissions de CO2, de pollution de l’air et de dépendance aux ressources fossiles.

Dans cette article on va discuter sur l’un des moyens de transport électrique c’est la voiture
électrique qui s’en sort mieux que son équivalent thermique sur ces aspects.

La voiture électrique est-elle écologique ?

comment réduire d’avantage ses impacts écologiques?

Quels sont les défauts des véhicules électriques et la quantité d’électricité nécessaire pour passer des voitures thermiques aux voitures électriques?

Les voitures étaient responsables d’environ de 20% des émissions de CO2 en France. C’est
donc il faut le réduire dans les années à venir pour lutter contre le changement climatique.

Pour pouvoir faire le bilan environnemental d’un véhicule électrique sur sa durée de vie, il faut regarder l’impact de sa construction et de sa fin de vie mais également son impact à l’utilisation.

Émissions de CO2 induites par l’utilisation des voitures

Voiture électrique
Voiture électrique

Pour essayer d’approcher du réel, on compare la Clio et la Zoé produites toutes deux par marque Renault. Pour un passionné automobile et qui a une connaissance des différentes marques et modèles de voitures. La Renault Zoé c’est la voiture électrique la plus vendue en Europe aujourd’hui et la Renault Clio c’est une voiture thermique équivalente qui va nous permettre de pouvoir comparer la voiture électrique et
thermique.

pour ces modèles de voiture, ce qui va permettre de faire quelques calculs et des différentes analyses pour faire une idée de la consommation des voitures en conditions de conduite réelles.

Consommation d’une voiture essence, Diesel et électrique

une Clio essence consomme 7 litres d’essence au 100 km et une Clio Diesel 4,99 litres d’après les données fournies par plus d’un millier d’utilisateurs de site Spritmonitor. Mais, vu que les voitures électriques sont récentes, il est plus juste de ne considérer que les voitures produites à partir de 2018,si on veut faire une comparaison même s’ il y a moins d’utilisateurs. donc on prend comme hypothèse une consommation de 6,6 litres au 100 km pour la Clio essence et de 4,95 litres au 100 km pour la Clio Diesel.

Pour l’essence et le gazole, on utilise des facteurs d’émissions qui prennent en compte les émissions directes des carburants mais également des émissions en amont pour les produire.

Dans les émissions en amont, il y a l’extraction, le transport, la distribution mais, surtout, le raffinage.

On émet donc 2,8 kg d’équivalent CO2 par litre d’essence et 3,17 kg d’équivalent CO2 par litre de gazole. Précision importante, ces quantifications prennent en compte la réduction des émissions dues à l’incorporation d’agrocarburants dans les carburants disponibles à la pompe. L’essence pure serait plutôt
à 2,93 kg et le gazole pur à 3,26.

Une fois qu’on connaît la consommation et les émissions par litre, on peut calculer les émissions par kilomètre en quelques multiplications. alors pour rouler, une Clio essence émet, en moyenne, 185 grammes de CO2 par km. Et une Clio Diesel émet 157 grammes de CO2 par km.

On voit que le diesel émet moins de CO2 que l’essence, ce qui est un avantage du diesel.

L’inconvénient c’est que la combustion du diesel est plus polluante et va donc provoquer localement plus d’impacts sanitaires.

Consommation de la Renault Zoé

Pour comparer avec l’électrique c’est un peu plus compliqué. pour la Renault Zoé une consommation de 16,5 kWh pour 100 km. Mais, il s’agit ici de la consommation de la voiture.
Or, pour avoir cette quantité d’électricité dans la batterie, il a fallu en produire un peu plus au niveau de la centrale électrique.

En prenant comme hypothèse un rendement de 85% lors de la charge, 6% de pertes sur le réseau électrique de distribution et 2% de pertes sur le réseau électrique de transport, il faut produire 21,1 kWh au niveau de la centrale pour permettre à notre Zoé de faire 100 km. Et,pour ne pas oublie les émissions de CO2 associées dépendent de la manière dont cette électricité a été produite. il faut savoir l’intensité carbone de différents moyens de production électrique par souci d’homogénéité.
Si on considère une électricité entièrement produite avec des centrales au charbon, la Renault Zoé émettra 223 grammes de CO2 par km, 154 grammes avec une électricité entièrement produite à partir de fioul et 88 grammes.

Electricité produite à partir de gaz naturel et émissions de CO2 par une véhicule électrique

émissions de CO2 induites par utilisation de voiture électrique

si on considère une électricité entièrement produite à partir de gaz naturel. Voilà ce que donne les émissions induites par la seule utilisation de notre voiture électrique si l’électricité est produite entièrement avec des moyens de production fossiles.

image
émissions CO2 de voiture électrique

Mais si on utilise des moyens bas carbone de production électrique, ça change beaucoup de choses. On tombe à 11,8 grammes de CO2 par kilomètre pour du photovoltaïque, à 3,0 grammes pour de l’éolien et à 1,3 grammes pour du nucléaire.

Ces cas sont hypothétiques. En réalité, on a un peu de tout dans un mix électrique.

Emission de CO2 associés la Production d’électricité

Pour quantifier les émissions de CO2 associés à la production électrique de différents pays, on servi des calculs de Thomas Auriel pour l’année 2019… puisque les petites perturbations qu’on a connues en 2020 en font une année peu représentative.

emissions de CO2
émissions de CO2

En gros, ces calculs prennent en compte les données de production de différents pays et les facteurs d’émissions des différentes technologies de production d’électricité.

si on fait des calculs avec l’intensité moyenne de l’électricité sur l’année, on reviendra sur ce point un peu plus loin parce qu’on pourrait considérer que l’impact réel dépend du moment où a lieu la charge.

image 2
Émission de CO2 par la voiture électrique

On trouve donc que rouler en Zoé en France induit l’émission de 12 grammes de CO2 par kilomètre alors que faire la même chose en Allemagne induit 84 grammes et 167 grammes pour la Pologne qui a une électricité provenant majoritairement de charbon.

L’Allemagne montre d’ailleurs très bien qu’il n’y a pas besoin d’attendre d’avoir une électricité entièrement décarbonée pour que la voiture électrique permette une réduction des émissions de CO2 à l’usage.

Si on considère l’intensité carbone moyenne de l’électricité française, rouler avec une Zoé plutôt qu’une Clio essence réduit les émissions de CO2 de plus de 90% encore une fois, si on ne considère que l’utilisation du véhicule.

image 3
Emission de CO2 par la voiture électrique en France

On voit qu’avec une électricité bas carbone, la réduction des émissions de CO2 à l’utilisation est vraiment très importante. Ce point ne devrait pas vous surprendre mais vu que c’est l’immense avantage de l’électrification des voitures, c’est important de le souligner.

Alors particulièrement trompeur d’afficher des émissions à 0 g de CO2 par km pour l’achat ou la publicité
de voitures électriques.

émissions CO2 du voiture électrique par rapport à de la production d’électricité

On ne peut pas se contenter de regarder les émissions directes.
Les émissions induites par l’utilisation dépendent de la production d’électricité et, si on considère tout le cycle de vie, aucun moyen de production d’électricité n’émet 0g de CO2 par kWh.

image 4
émissions CO2 du voiture électrique par rapport à de la production d’électricité

Mais là on n’a pas tout l’impact! on parle de l’utilisation mais il faut aussi voir ce qui se passe avant l’achat de la voiture électrique et après…

Surtout qu’à la production une voiture électrique est plus polluante qu’une voiture thermique! don on a évidemment raison, alors essayons d’intégrer tout ça dans notre raisonnement.

Production d’un véhicule électrique

Effectivement, la construction d’un véhicule électrique demande plus d’énergie, plus de matériaux et émet plus de CO2 que la construction d’un véhicule thermique équivalent parce qu’il faut produire en plus la batterie.

Une Clio pèse autour de 1 200 kg contre 1 500 pour une Zoé. La batterie de 52 kWh pèse 326 kg !

Impact de la production des voitures électriques sur la pollution

Pour se faire une idée de l’impact sur tout le cycle de vie, on peut regarder une analyse récente du groupe Renault.

image 5
Emission de CO2 lié au production des voiture électrique

On peut y voir que la production et la distribution d’une voiture émet un peu moins de 6 tonnes de CO2 pour la Clio V contre plus de 9 tonnes pour la Zoé. ça, ce sont les émissions de la voiture avant qu’elle soit utilisée.

À ça, il faut ajouter les impacts dus à la fin de vie du véhicule.

les impacts dus à la fin de vie du véhicule

image 6
les impacts dus à la fin de vie du véhicule électrique

La fin de vie de la voiture retire du CO2 de l’atmosphère ?

La fin de vie va avoir un impact en termes de CO2 puisqu’il faut récupérer les voitures et dépenser matière et énergie pour les recycler. Mais, ce recyclage va éviter à la production suivante une partie de la production primaire. Par exemple, produire 1 kg d’acier recyclé émettait beaucoup moins de CO2 qu’1 kg d’acier primaire. La quantification est, ici, négative parce qu’on considère les impacts que le recyclage
permet d’éviter lorsqu’il se substitue à une production primaire.

Ne croyez jamais en voyant ce genre de choses que la voiture électrique retire du CO2 de l’atmosphère. La prise en compte du recyclage dans l’analyse du cycle de vie est sujet à controverse et il existe plusieurs méthodologies.

impacts en amont et en aval de l’utilisation des voitures

image 7
La production de la Clio V et la Zoé

4,5 tonnes de CO2 pour la production de la Clio V et 8 tonnes pour la Zoé. la production d’une voiture électrique émet, aujourd’hui, environ 2 fois plus de CO2 que la production d’une voiture thermique équivalente.

cet impact plus important à la production peut être compensé à l’utilisation. Pour le savoir, il faut introduire un dernier paramètre: la durée de vie du véhicule en nombre de kilomètres parcourus.

Emissions de CO2 en fonction de la durée de vie de véhicule

image 8
Emissions de CO2 en fonction de la durée de vie

Plus une voiture va parcourir de kilomètres, plus elle va émettre de CO2 puisqu’en plus des impacts de la production et de la fin de vie, il faut ajouter les émissions liées à l’utilisation.

Ce sont les émissions dont on a parlé dans la partie précédente.

Ici on prend le cas de l’électricité française pour la voiture électrique. La durée de vie moyenne d’un véhicule thermique est aujourd’hui de 200 000 km. Et on peut s’attendre à ce que la durée de vie moyenne d’une voiture électrique soit d’au moins autant.

Pour les puristes, on est également servi de l’étude de Renault pour ajouter la maintenance dans la phase d’utilisation.
La maintenance s’élève, au bout des 200000 km, à environ 400 kg de CO2 pour la Zoé et 500 kg pour la Clio. Elle a donc un rôle limité dans l’impact total du véhicule.

Vu la partie précédente, on est surpris que les émissions de la voiture électrique augmentent beaucoup plus lentement avec la distance totale parcourue que les émissions des voitures thermiques.

la courbe des émissions de la Clio Diesel coupe celle de la Zoé à environ 25 000 km.

image 9
Courbe des émissions de la voiture Diesel et de la voiture électrique

On peut considérer que la Zoé électrique émet moins de CO2 que la Clio Diesel. L’intersection avec la Clio essence se situe plutôt autour de 20 000 km.

Ici, on parle bien de la durée de vie du véhicule, son kilométrage au moment d’être mis à la casse, et non d’un nombre de kilomètres par an.

Avec les hypothèses et les données qu’on utilise, on trouve qu’en France, sur toute sa durée de vie, une Clio essence (voiture essence) émettra 43 tonnes de CO2 contre 38 tonnes pour une Clio diesel (voiture diesel) et 12 pour une Zoé (voiture électrique).

image 10
Durée de vie voiture essence ,voiture diesel et voiture électrique

Remplacer une Clio essence par une Zoé permet donc de réduire les émissions totales de 72%.
Alors évidemment les calculs qu’on fais ici ne sont pas justes à 100% mais les ordres de grandeur devraient être les bons.

Voiture est alimentée par une électricité plus carbonée

si la situation est différente et ma voiture est alimentée par une électricité plus carbonée.

image 11
Voiture alimentée par une électricité plus carbonée

l’électricité allemande

Par exemple, le cas de l’électricité allemande, l’impact à l’utilisation de la voiture électrique augmente plus rapidement.

La Zoé devient meilleure qu’une Clio essence après 37 000 km et meilleure qu’une Clio diesel après 50 000 km. Dans ce cas, la réduction des émissions entre une Zoé et une Clio essence est de 37 %.

électricité polonaise

avec une électricité polonaise, une Zoé est pire que son équivalent essence. Un rappel qu’on doit penser la voiture électrique en prenant en compte ce qui se cache derrière la prise.

Ici, on suppose que l’intensité carbone de l’électricité n’évoluera pas pendant tout le temps d’utilisation de la voiture.

Par exemple, on suppose que la Pologne ne diminuera pas les émissions de CO2 de sa production électrique dans les prochaines années. Et ça, c’est une hypothèse qui a toutes les chances d’être fausse puisque beaucoup de pays réduisent les émissions de CO2 de leur production électrique d’année en année.

C’est un effet qui est pris en compte dans la plupart des études et il faut donc le comprendre.

Réduire les émissions de CO2 d’une voiture électrique par rapport à une véhicule thermique.

Imaginons que je fasse les deux hypothèses suivantes: une voiture électrique roulera 10 000 km par an pendant 20 ans et la Pologne réduira l’intensité carbone de son électricité de 5% par an. Vous voyez que si ces hypothèses se vérifient, une Zoé vendue aujourd’hui permettra, à terme, de réduire les émissions de CO2 par rapport à son équivalent thermique.

image 12
Impact de production d’électricité des voitures

Pour la voiture thermique, la marge de manœuvre pour réduire les émissions par kilomètre parcouru est beaucoup plus limitée.

électricité des voiture devient plus polluante

Dans l’autre sens… Si l’électricité devient plus polluante, le bilan s’empire

On prend le cas de la Belgique qui envisage de remplacer partiellement ses centrales nucléaires par des centrales au gaz naturel.

L’utilisation d’une voiture électrique en Belgique induira probablement plus d’émissions en 2030 qu’aujourd’hui.

L’intérêt de la voiture électrique dépend de l’électricité utilisée pendant toute sa durée de vie et pas juste au moment où on l’achète.

L’électricité française est, aujourd’hui, bas carbone mais il faut anticiper le remplacement de parc nucléaire vieillissant pour qu’elle le reste… que ce soit par de nouvelles centrales nucléaires et/ou des moyens de production renouvelables.

Les avantages des véhicules électriques

Le fonctionnement d’une voiture ou un véhicule électrique a des bénéfices pour le conducteur que pour l’environnement.

Les principaux avantages de rouler avec un véhicule électrique

Moins polluer pour préserver l’environnement.

Les voitures électriques n’utilisent pas de combustibles fossiles comme source d’énergie.

Elles fonctionnent sans émettre de polluants atmosphériques et leur émission de CO2 est réduite jusqu’à 90%.

Consommer moins d’énergie pour économiser.

Consommant moins d’énergie qu’un véhicule à carburant, le véhicule électrique est plus économique.

Lorsque le véhicule est en arrêt, le moteur n’est plus alimenté en électricité et n’en consomme donc plus.

Améliorer le confort du conducteur, Cela est dû au fait que les voitures électriques soient quasiment silencieuses.

L’embrayage et la boîte de vitesses sont supprimés et la conduite est beaucoup plus simple.

Les batteries sont facilement rechargeables, même depuis votre domicile.

Entretenir moins souvent son véhicule.

Les moteurs électriques sont beaucoup plus simples que les moteurs à essence ou diesel.Ils nécessitent moins d’entretien, par exemple, vous n’aurez plus à changer de filtres ni à faire la vidange.

Les solutions de recharge pour voiture électrique.

Souscrire auprès d’un fournisseur d’électricité verte.

La recharge d’un véhicule électrique à la maison ne prend pas beaucoup de temps.

Mais en optant pour un fournisseur d’électricité verte, vous pouvez obtenir une borne domestique spéciale qui recharge plus vite.

Utiliser les bornes de recharge publiques Newmotion.

Utiliser les stations de recharge de Newmotion semble la solution adaptée.

Un réseau de plus de 100 000 points de recharge intelligente est mis à votre disposition dans une trentaine de pays en Europe.

Enfin, il faut savoir que les voitures électriques ne cessent d’évoluer et que les bornes de recharge sont de plus en plus répandues.

Laisser un commentaire

Retour en haut